Ma Liste matériel Utra-trail

Lors de ma participation à la TDS l’année passée, je vous avais fais part de la liste de matériel que j’allais emmener avec moi. Cette année encore, je serai au départ d’ultra-trail comme l’Ultra di Corsica ou encore Belle-île-en-Trail. Par conséquent, j’ai décidé de réitérer mon article/liste de matériel avec quelques mises à jour.

La TDS étant mon premier « vrai » ultra de montagne, je partais à l’aveugle et sans expérience. Ce qui fait que depuis cette première liste, avec le recule et cette première expérience, je changerais certaines choses de ma liste. Comme pour l’article précédent, je partirai de la liste tirée du site de l’UTMB. Vous me suivez? C’est parti alors!

1. Téléphone mobile avec option permettant son utilisation dans les trois pays.

L’année passée lors de la TDS, j’avais emmener le Trekker X3 de chez Crosscall (Test ici). Ce dernier n’avait aucunement souffert de l’altitude et des conditions difficiles rencontrées en fin d’épreuve. La batterie avait également bien tenue les 31 heures de course et ce malgré que j’ai mitraillé de photos.

Cette année, j’ai envie de me faire plaisir au niveau des photos en course. J’ai donc décidé de m’armer de mon Huawei P10 et ses objectifs Leica. Niveau batterie, une fois le wifi, le bluethoot et le GPS enlevés; le mode économie d’énergie activé, le téléphone tiens les 40 heures d’autonomie sans problème.

Afin de braver au mieux en cas de chute et d’intempérie éventuelles, je l’équiperai d’un PanzerGlass et d’une coque Love Mei. Le voilà… Indestructible!

2. Gobelet personnel 15cl minimum (bidons ou flasques avec bouchon non acceptés)

Toujours sur la TDS, j’avais pris un gobelet de type « accordéon ». Le rapport encombrement/poids (tout est relatif) est assez important. Et puis, je galérais pour le replier après chaque ravitaillement. Pour peux que j’y mette du coca, j’avais les doigts qui collaient après. La galère!

tasse-pliable-xshot-sea-to-summit-orange_1_v3

Cette année, j’ai décidé de le remplacer par un gobelet de type hydrapack : ultra léger, une capacité de 150ml et surtout super compact! Dans votre sac, il se glissera partout!

tasse-salomon-soft-cup-speed-150-ml

3. Réserve d’eau minimum 1 litre

Pas de changement de ce coté-là, je repartirai sans aucun doute avec deux softflask de 500ml ou mes gourdes de 600ml provenant de mon sac Ultimate Direction. Mais il risque de faire beaucoup plus chaud à Corte qu’à Chamonix. Par conséquent, je glisserai une troisième flask de 500ml dans ma Salomon Pulse Belt.

Pour le contenu, on ne change un équipe qui gagne! cela fait quelques mois que je bois des électrolytes de chez Powerbar. Je les digère plutôt bien et puis le flacon est petit et assez facile à transporter. Ainsi, je serai toujours sure de boire quelque chose que je supporte et éviterai ma mésaventure de la TDS.

4. Lampes en bon état de marche avec piles de rechange pour chaque lampe

Ma Petzl Reactik+ (Test ici) était plus que suffisante. Les deux batteries avaient bien tenu le coup lors de la seule nuit que j’avais passé en montagne. Et je n’avais pas du me servir de ma Black Diamond Spot de secours.

J’avais quand même rencontré quelques difficultés lors de passage très technique à cause de la faible portée du faisceau rendant le temps d’anticipation du terrain beaucoup plus court.

Cette année, je partirai donc avec une Petzl Nao+ pour frontale principale. Plus puissante avec ses 750 lumens, elle a déjà fait ses preuves chez bon nombre de coureurs. Ma Reactik+ prendra le rôle de lampe de secours.

5. Couverture de survie de 1,40m x 2m minimum

On ne va pas tergiverser sur le sujet. Une couverture de survie, c’est une couverture de survie!

J’utiliserai encore celle reçue avec mon sac Oxsytis Hydragon Bottle.

6. Sifflet

7. Bande élastique adhésive permettant de faire un bandage ou un straping (mini 100 cm x 6 cm)

Là par contre, il y a matière à converser. Car par peur de trop peu ou fainéantise de couper la bande, j’avais emporter le rouleau entier de bande. Ce n’est de nouveau pas fort encombrant, mais un petit peu plus un petit peu, ça fait beaucoup !

bande-adhesive-tensoplast

Donc c’est année, je prendrai 1m30 de bande pour ne pas dire que je prends le minimum. Une fois plié, elle prendra facilement place dans ma petit trousse de secours (format carte de banque).

8. Réserve alimentaire

Voilà un post que j’avais laissé en suspend l’année dernière. J’étais complètement parti à l’aveugle, bourrant mon sac de gel, de barre, etc… Premièrement, cela prenait un volume monstre. Et deuxièmement, j’en ai pas ingurgité la moitié!

Cette année donc, je partirai donc avec des « pack » que j’aurai confectionné à l’avance dans des petits sacs de congélation. Dans ceux-ci, je mettrai deux barres Trobon, deux gels Powerbar, une barre salée Powerbar et une crêpe jambon/fromage ou crêpe au Nutella. Comme en Corse, j’aurai l’occasion d’avoir un pacer, je ferai un pack par ravito. Idem pour Belle-île-en-Trail.

9. Veste avec capuche permettant de supporter le mauvais temps en montagne et fabriquée avec une membrane imperméable (minimum conseillé 10 000 Schmerber) et respirante (RET conseillé inférieur à 13)

Il est assez difficile de trouver la veste parfaite. Soit elle est super imperméable et vous souffrez de l’effet de serre. Soit elle n’est pas assez imperméable… Malgré son poids plume et sa certification 25000 Schmerber , ma The North Face Fuse Series faisait parti de la première option. Et sous la chaleur Corse, je ne peux pas me permettre de souffrir de la moiteur de ma transpiration.

THE NORTH FACE

Je partirai donc sur la One Gore-Tex Active Run Jacket (Test ici). Parfait mélange entre imperméabilité et respirabilité. Elle jouit aussi d’un poids et d’un encombrement réduit. Sa technologie Shakedry, me permettra aussi de pouvoir la ranger dans mon hydrobag sans avoir peu qu’elle soit mouillée.

10. Pantalon ou collant de course à jambes longues OU combinaison d’un collant et de chaussettes couvrant entièrement la jambe

Quand je pense que malgré les conditions difficiles de fin de course la TDS 2017, je n’ai même pas mis de collant… j’avais dans mon sac, un collant Kalenji Trail bourré de poche à la ceinture. Après réflexion, ce collant était trop épais et trop encombrant.

collant

Par conséquent, cette année, je partirai avec un Salomon Agile Long Thight. Ce dernier est beaucoup plus léger et surtout beaucoup plus compact une fois rangé.

L40117400

11. Casquette ou bandana ou Buff®

Alors si j’avais du être réfléchis, je serais parti sans hésiter sur une casquette de type Sahara ou un bob comme le Salomon S/LAB Speed Bob. Mais j’ai une communauté à représenter les gars! Donc je partirai avec une Snapback « TrailHysteria ».

12. Seconde couche chaude additionnelle : Un vêtement seconde couche chaud à manches longues (coton exclu) d’un poids de 180g au minimum (homme, taille M) OU la combinaison d’un sous-vêtement chaud à manches longues (première ou seconde couche, coton exclu) d’un poids de 110g au minimum (homme, taille M) et d’une veste coupe-vent avec une protection déperlante durable (DWR protection)

Pas de changement par rapport à l’année passée, le T-shirt Kalenji Manche Longue Kiprunn SkinCare avait amplement fait l’affaire! Pour rappel, il est muni d’un col montant et de passe-pousses.

big_bed6c685-f2cb-412b-a1ee-d1b095a5c624

13. Bonnet

Un bonnet, c’est bonnet. Pas besoin de tortiller du cul! Pour ma part, je prendrai un Salomon Active Beanie.

L39022500

14. Gants chauds et imperméables

Lors de ma précédente liste, ce point était une énorme point d’interrogation! Alors soit vous vous ruiniez dans des gants chaud et imperméables, soit vous achetez des gants de vaisselle (oui vous avez bien lu) et, par dessus, des gants de running on ne peut plus normal. Je suis parti sur la deuxième option lors de la TDS.

15. Sur-pantalon imperméable

Si il y a bien un élément que je ne changerais pour rien au monde, il s’agit bien du Raidlight Surpentalon Ultralight. Comme le dit son nom, il est extrêmement léger avec un poids de 150gr sur la balance. De plus, le pantalon reste respirant et super confortable.

raidlight


Ici ce clôture la liste obligatoire. Cette dernière peut varier en fonction de la course et des conditions climatiques. L’UTMB ayant une des listes les plus étendue, il est nécessaire que pour les autres courses vous agissiez en temps que bon père de famille. A vous d’être prudent et vigilant aux conditions climatiques, à la diffculté de l’épreuve, au nombre de nuit à passer, etc.


16. Hydrobag

Voilà un point qui reste à être fixer en ce qui me concerne. J’avais été ravi du mon Ultimate Direction Jureck FKT Vest . Sa capacité et son confort avaient été exemplaire. Mais malheureusement, je l’avais pris trop grand et j’avais vite souffert de frottement dû aux mouvements du sac.

J’étais donc parti sur l’idée de prendre le gilet Freexion Free Race. Une capacité de 10 litres et une conception révolutionnaire en faisait le sac idéal. Et puis est arrivé la Bouillonnante… Le sac était stable à souhait, les poches ventrales bien pensée et très facile d’accès. Mais après 5 heures de course, le coté compressif devient vraiment gênant sur la partie ventrale, limitant la respiration. Je sais que j’avais un peu de kilos en trop et était loin de mon poids de forme. Pour un sac sur mesure cela peut jouer. Mais je n’ai pas envie tester le diable sur une course de 30 heures.

Il y a donc de grandes chances que je m’équipe d’un sac Salomon (je vous expliquerai pourquoi plus tard). Mais je ne sais pas encore si ce sera un S/LAB Sense Ultra 8 ou un ADV Skin 12 ST. Avec la crainte de ne pas avoir assez des 8 litres du S/LAB.

17.Trail Shoes

Après avoir pensé au Saucony Xodus ISO 2 pour leur confort et leur accroche, puis au New Balance Hierro V3 pour leur parfait équilibre entre confort, dynamisme et accroche. Ces 2 paires de chaussures, auraient amplement fait l’affaire.

Mais finalement, ce seront les Salomon Sense Pro Max qui chausseront mes pieds. Une accroche de feu grâce au Contagrip. Un confort grâce au Sensofit et Endofit. Un amorti excellent grâce à la nouvelle technologie Vibe. Ces Pro Max sont taillées pour pour le long!

18. Lunettes de soleil

Les Sirokos Teck K2 sont tout ce que je cherche dans une paire de lunette : une vue panoramique, une protection optimale et un poids rikiki. Ces lunettes se font très vite oublié par leur poids plume et leur confort à toute épreuve.

k2-sunset-00

19. Montre GPS

Pas de nouveauté de coté là. Je reprendrai ma Garmin Fenix 3HR, ancien modèle phare de la marque. Une fois le Bluethoot, le wifi et le cardio coupé, il ne fait aucun doute que la montre tiendra pas loin de 24heures. Pour les quelques heures qui manqueront, je rechargerai la montre à l’aide d’un Powerbank.

Garmin fenix 3 HR Silver_4

20. Bâtons en cas de pluie ou de neige pour votre sécurité sur terrains gras

Je reprendrai mes Black Diamond Ultra Distance Z : 3 brins, 100% carbon et 255 gr. Seul bémol : les dragonnes pas pratique et pas confortable. Pour cela, vous ne trouverez pas mieux que les Leki 😉

112177_CARB_Distance_CarbonZ_open_web

21. Trousse de secours

Ma trousse à la taille d’une carte de banque. Dans cette dernière, comme à mon habitude, j’y glisserai des motilium instant, des immodium instant, des dafalgan instant, un petit couteau, des compeeds et ma banque adhésive.

N’oubliez pas non plus de prendre un petit paquet de mouchoir, cela peut toujours servir.


J’espère que cette liste vous aura un peu aidé. Cette dernière ne doit être prise qu’à titre d’information et d’exemple. Il reste important de tester votre matériel avant vos courses afin de pouvoir rectifier le tire si quelque chose ne convient pas. La veille de la course, c’est trop tard!

Je suis également ouvert à tous conseils si certains de mes choix vous semble abérant. La partie matériel pour de telle course n’est pas un point à bâcler. Donc n’hésitez pas à me faire part de vos remarques!

A plus sur les sentiers!

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ma Liste matériel Utra-trail »

  1. Bonjour,

    Toujours un tres bel article, mais je ne suis pas fan de tous ces produits énergétiques onéreux et surtout que l’on peut les faire soi-même, comme vous le dites/faites vs-m… Prq ne pas tt préparer et ne pas acheter. De plus, récemment, j’ai lu que certaines de ces « barres au sens large » ne valent pas grand chose. C’est surtout sur des sites canadiens… bon run. On s’est déjà croisés sur qqs trails belges.

    J'aime

    1. Salut Renaud !
      Bien entendu, mon article se basent sur des choses que l’ont peut acheter. Il n’empêche que des marques « belges » comme Trobon ou encore « Wild And Run » font de très bonne barre et ce, 100% naturelle. Mais ne t’inquiète pas, un article suivra sur des barres à faire à soit même 🙂 Au plaisir de te recroiser, n’hésite pas à me faire un coucou 😉

      J'aime

  2. Super intéressant l’article surtout que je pars pour mon premier grand trail cette année qui est la TDS aussi. Pour la deuxième couche chaude qui est prévu tu avais pris quoi? Car la encore je me pose des questions…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s